/En Grèce, l’hôtellerie espère limiter la casse à partir de juillet

En Grèce, l’hôtellerie espère limiter la casse à partir de juillet

«L’été 2019 avait été très bon ! 2020 aurait dû être encore meilleure», explique Philippe Roux-Dessarps, le directeur général du Four Seasons Astir Palace. Dans ce complexe hôtelier grand luxe de Vouliagméni, à vingt minutes d’Athènes, les chaises longues sont remisées malgré la canicule et les allées ombragées restent désespérément vides. Depuis le 22 mars, lorsque le gouvernement grec a ordonné la fermeture des hôtels et le confinement, le site mythique de la Riviera athénienne est une victime collatérale du Covid-19. C’est ici que le célèbre armateur Onasis amarrait son yacht. Barack Obama y avait fait escale lors de sa tournée d’adieu en 2016. Le long du littoral de cette commune grecque, ces souvenirs semblent bien lointains, tant les touristes sont absents, ici comme ailleurs.

Pour le Four Seasons, 2020 devait marquer un nouveau départ. Dans une Grèce convertie au tourisme de masse dans les années 90, il manquait, selon les professionnels du secteur, des «capacités» pour une clie

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

1€
pour 2 mois

Offre 100% numérique

Vous avez déjà un compte abonné?

Je me connecte

  • Tous nos articles en
    illimité
  • Le journal en version
    numérique
    le jour de sa parution
  • Nos newsletters
    exclusives
  • RaJeux, notre appli de
    jeux


Fabien Perrier Correspondant à Athènes