/Non, en 10 mois il n’y a pas eu « 11 édifices chrétiens qui ont brûlé en France »

Non, en 10 mois il n’y a pas eu « 11 édifices chrétiens qui ont brûlé en France »

Un site internet qui s’appelle « Inaptocratie » a publié le 4 mai 2019 un article intitulé « Églises qui brûlent en France, prière de croire, à chaque fois, la version officielle : ACCIDENT et RIEN D’AUTRE !!! »

Cet article est illustré d’un montage photographique représentant 9 églises en feu ou endommagées par un incendie. La légende : « En 10 mois, ce sont 11 édifices chrétiens qui ont brûlé en France » accompagne ce montage photo.

Il y a également une liste de 11 églises accompagnées de dates qui sont situées entre juin 2018 et le 21 avril 2019, suivie de la phrase : « Des églises vides qui brûlent, cela libère des terrains pour la construction de mosquées qui seront pleines, elles ! »

Nous avons cherché l’origine des photos. Nous les avons numérotées de 1 à 9 en allant de gauche à droite et de haut en bas.


►►► À lire aussi : Comment vérifier si une image est vraie ou fausse en trois étapes simples


 

  • La photo 1 représente l’incendie qui a ravagé l’église de Bas-Caraquet, au Nouveau-Brunswick (Canada) le 25 juin 2018. Selon Radio-Canada, cette église a été construite en 1904. Toute la structure de l’église a brûlé, le toit et le clocher se sont effondrés, il ne restait que les murs de pierre. Un adolescent de 14 ans est accusé d’avoir mis le feu à cette église. Son procès est en cours devant le tribunal de la jeunesse de Caraquet. L’église représentée n’est pas située en France.
  • La photo 2 représente l’église Saint-Sulpice, à Paris, qui a été touchée par un incendie le 17 mars 2019. Le feu s’est déclaré après un concert d’orgues, au niveau de la porte monumentale. Les pompiers ont maîtrisé le feu en 15 minutes. Il n’y a pas eu de blessé, mais les dommages matériels sont importants, évalués à 900.000 euros. Selon la police, l’incendie est d’origine « humaine » et « délibérée ». Interrogé par Le Point, le curé de Saint-Sulpice, le Père Jean-Loup Lacroix explique que, même si « c’est une église qui est attaquée, ce n’est pas une attaque antireligieuse. Aucun objet cultuel n’a été ciblé. L’incendie a eu lieu à la porte de l’édifice. On ne peut pas parler de profanation ».
  • La photo 3 représente l’église de Villeneuve d’Armont, dans le Haut-Doubs qui a brûlé le 5 août 2018. Le toit et le clocher ont été complètement détruits. Très rapidement, les gendarmes indiquent que « l’origine du feu est accidentelle : un spot est tombé sur la charpente », explique le capitaine de gendarmerie Nouchet, cité par L’Est républicain.
  • La photo 4 représente la basilique Saint-Donatien de Nantes : l’incendie qui a ravagé cet édifice religieux date du 15 juin 2015. L’origine du feu est liée à des travaux de rénovation qui se déroulaient sur le toit du bâtiment.
  • La photo 5 représente l’incendie qui a détruit, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2018, le clocher de l’église Sainte-Thérèse de Rennes. Il est établi que l’origine du feu est accidentelle, mais les experts des assureurs émettent deux hypothèses : soit une défaillance dans le circuit électrique de l’église, soit des antennes de téléphonie des opérateurs SFR et Orange.
  • La photo 6 représente l’église Notre-Dame-de-Grâce, à Eyguières, dans les Bouches-du-Rhône. Le dimanche 21 avril 2019, quelques heures après la messe de Pâques, un incendie a détruit les meubles d’une chapelle de cette église. Un adolescent de 15 ans, qui souffrirait de problèmes psychologiques, a été arrêté et déféré au parquet dans le cadre de l’enquête sur cet incendie, selon France Télévision.
  • La photo 7 a été prise à Portland, dans l’Oregon, début février 2007. C’est en tout cas ce qui est indiqué en guise de légende de cette photo sur le site Flickr. Une vidéo postée sur YouTube le 6 février 2007, où on voit le clocher en feu, confirme cette impression.
  • Les photos 8 et 9 représentent Notre-Dame de Paris, qui a été dévastée par un incendie le 15 avril 2019.

Sur la liste des « incendies d’édifices chrétiens » recensés et non repris dans le montage photographique, voici les informations que nous avons recueillies :

Cathédrale Saint-Alain de Lavaur en février 2019

Le mardi 5 février 2019, un départ de feu a été constaté dans la cathédrale de Lavaur (Tarn). Une crèche est détruite, un crucifix a été posé à l’envers sur l’autel et une statue représentant un Christ sur une croix a été endommagée : un des bras a été tordu. Deux lycéens de 17 ans, qui étaient entrés dans l’édifice religieux pour s’abriter de la pluie, sont responsables des dégradations. Le prêtre de la cathédrale les a rencontrés dans le but de « les mettre face à leurs responsabilités. L’un des deux jeunes est revenu avec ses parents à la cathédrale pour nettoyer. À la fin, je lui ai demandé d’allumer un cierge devant la statue de la Vierge Marie ».

Saint-Jacques à Grenoble en janvier 2019

Dans la nuit du 16 au 17 janvier 2019, l’église Saint-Jacques de Grenoble est totalement ravagée par un incendie. Seule la chapelle est épargnée. Il n’y a pas de blessé. Les deux experts consultés (un pour les compagnies d’assurances et l’autre pour les autorités judiciaires) concluent à « un incendie accidentel causé par un défaut électrique dans la charpente ».

Notre-Dame-des-Grace à Revel en juin 2018

En juin 2018, un incendie s’est déclaré dans l’église Notre-Dame-des-Grâces à Revel (Haute-Garonne). Le feu a été rapidement maîtrisé. Un suspect est identifié par des témoins. Après plusieurs mois d’enquête, il est arrêté. Il a été condamné en janvier 2019 à une peine d’un an de prison, dont six mois ferme.

Bilan :

Concernant l’incendie de Notre-Dame, les conclusions de l’enquête doivent encore être rendues, mais la « piste accidentelle est privilégiée ». Sur les autres incendies recensés, une photo (7) est douteuse, une photo représente un incendie qui s’est produit hors de France (1), une photo représente un incendie qui s’est produit en 2015 (4).

Il reste sept incendies ou départs de feu. Sur ces sept incendies, trois sont d’origine accidentelle (3, 5, et Saint-Jacques à Grenoble). Sur les quatre incendies « volontaires », pour l’un d’entre eux l’enquête n’a pas encore abouti (2), un autre a été provoqué par un adolescent de 15 ans qui souffrirait de problèmes psychologiques (6), un autre a été provoqué par deux lycéens de 17 ans (Cathédrale Saint-Alain de Lavaur) et le dernier a été causé par un homme condamné à un an de prison (Notre-Dame-des-Graces à Revel).

Archives : Journal télévisé 16/04/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

Original Source