/Glissement de terrain à Namur : reprise des travaux en 2020 rue Saint-Martin

Glissement de terrain à Namur : reprise des travaux en 2020 rue Saint-Martin

Nouvelle réunion des experts en stabilité ce 4 décembre au sein de la Société Urbanéo du Groupe Diversis. Les mesures de sécurisation du chantier de la rue Saint-Martin à Namur se finalisent. Les travaux de construction devraient pouvoir redémarrer début 2020, en collaboration avec les experts consultés.

« Un Comité d’experts en stabilité est constitué et nous nous engageons, dès aujourd’hui, à lui faire valider toutes les phases opérationnelles que nous mettrons en œuvre dans le cadre du chantier « , a annoncé Boris Salvador, Administrateur de Diversis, par communiqué de presse.

Ce 4 décembre, à l’issue d’une nouvelle réunion des experts en stabilité, durant laquelle l’analyse du monitoring a bien confirmé la stabilisation du talus, indique Diversis, les mesures de sécurisation définies par les experts se finalisent. « Outre le suivi du monitoring mis en place, la tête de talus sera écrêtée dans les prochaines semaines et une couche de protection sera installée sur une partie de celui-ci. Un arbre à la limite du terrassement menace de tomber mais sans représenter le moindre danger pour le chantier ou le voisinage« , indique le communiqué.

Les travaux de construction de l’immeuble devraient pouvoir redémarrer début 2020, en collaboration avec le Comité d’experts. Une réunion préalable d’information aux riverains sera organisée par la Société.

Pour rappel, un glissement de terrain a eu lieu le samedi 23 novembre dernier. Un riverain avait signalé un tassement en amont du terrain de la société Urbaneo et la présence d’une fissure située sur toute la longueur du terrassement. Selon Diversis, le phénomène de glissement du terrassement avait été identifié par la Société immobilière et devait faire l’objet d’une réunion programmée avec les experts le 26 novembre.

Les autorités communales avaient déclenché le plan d’urgence et d’intervention. Les maisons proches ont été évacuées et la stabilité globale du site devait être vérifiée. L’expert en mécanique des sols a notamment recommandé de construire un mur de soutènement en béton situé le long de la rue.

Ce n’est que le 29 novembre que le plan d’urgence a pu être levé et que les derniers riverains évacués ont pu réintégrer leurs logements.

Journal télévisé 26/11/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

Original Source