/« Il nous manque trop »: les fans de Johnny Hallyday lui ont rendu hommage lors dune messe, deux ans après sa mort

« Il nous manque trop »: les fans de Johnny Hallyday lui ont rendu hommage lors dune messe, deux ans après sa mort

« Il nous manque trop »: les fans de Johnny Hallyday lui ont rendu homme lors d’une messe, deux ans après sa mort – © Aline Delvoye

Ils étaient plusieurs dizaines ce vendredi, croyants ou non, à avoir rejoint l’église Notre-Dame de Laeken pour rendre un hommage à Johnny Hallyday. Pour eux, même deux ans après sa disparition, l’idole des jeunes est immortelle.

Parmi les fidèles, il y avait Rudy et Andrée. Ils sont venus de Liège pour rendre hommage au chanteur. Pourquoi ? « Parce que c’est un dieu. Il n’y en aura qu’un. C’est inexplicable, il nous manque trop« , lancent-ils d’une seule voix. « Chaque jour, on pense à lui. Il nous manque« , ajoute une autre fan, des larmes dans les yeux.

Johnny Dom, un des sosies de la star, était présent et a entonné le tube « Oh Marie » lors de la célébration. Pour lui, c’était important de se souvenir de Johnny. D’autant qu’à l’époque de son décès, « on n’a rien fait en Belgique. Tout s’est passé en France. Beaucoup de Belges n’ont pas su se déplacer faute de moyens ». Résultat : « C’est comme si on faisait son enterrement aujourd’hui en Belgique, avec tous ses fans« .

C’est l’église de Johnny et c’est aussi celle de ses fans

Pour Jean-Jacques Sanza, curé de Notre-Dame de Laeken, peu importe si les amateurs du chanteur sont croyants ou pas. Tous étaient les bienvenus dans son église en ce 6 décembre. « C’est l’église des périphéries. Tous ceux qui se sentent loin de l’Église doivent se sentir chez eux quand ils viennent à l’église. C’est l’église de Johnny et c’est aussi celle de ses fans« , affirme-t-il.

C’est sans doute aussi là l’un des ingrédients du succès de Johnny Hallyday : sa capacité à réunir toutes les générations, tous les milieux et toutes les croyances, même après sa mort.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

Original Source